Passer directement au contenu

UNE RÉPONSE IMMÉDIATE D’AIR CHARTER SERVICE À LA CATASTROPHE SURVENUE DANS LES CARAÏBES

1 janvier 2010

Air Charter Service a été appelée en renfort moins d’une heure après le tremblement de terre dévastateur qui s’est produit en Haïti.

A 17 h (heure locale d’Haïti) donc un peu avant 10 h au Royaume-Uni ce mardi soir, un terrible tremblement de terre de magnitude 7,2 sur l’échelle de Richter a sévi à moins de 16 km de Port-au-Prince, la capitale d’Haïti. Il s’agit du tremblement de terre le plus important qui ait frappé ce pays ces deux derniers siècles. Les pertes humaines sont estimées à plus de 50 000 morts du fait du premier tremblement de terre et des 13 répliques qui l’ont suivi ; plus de 500 000 personnes ont été touchées par ce séisme.

Par conséquent, une aide de plusieurs millions de livres a été accordée par le gouvernement britannique et les différentes œuvres de charité. Malgré la neige tombée dans le sud de l’Angleterre mercredi, Air Charter Service est parvenue à collaborer avec l’aéroport de Gatwick pour libérer un couloir aérien permettant au Boeing 757 affrété de quitter le Royaume-Uni avec à son bord des équipes de recherche et de secours britanniques.

Matthew Purton, Directeur des ventes Passagers du bureau ACS de Londres, a déclaré : « Nous avons commencé à recevoir des appels à environ 23 h du gouvernement britannique demandant qu’un avion transporte une équipe composée d’environ 80 pompiers, des soignants et des journalistes dans la zone sinistrée dès que possible. Nous étions en pleine nuit en train de contacter les transporteurs aériens adéquats et les agents en service pour organiser la réponse britannique à ce désastre. »

ACS a envoyé trois représentants à Gatwick dès mercredi matin pour coordonner les équipes de secours et préparer leur enregistrement. James Leach, travaillant chez ACS, a voyagé à bord de cet avion : « Nous avons atterri à Saint Domingue en République dominicaine, voisine d’Haïti, car à notre départ du Royaume-Uni, la tour de contrôle de Port-au-Prince n’était plus opérationnelle. ». A ma connaissance jusqu’ici, il semble que le sinistre est comparable à ce que j’ai vu en décembre 2004, lorsque j’étais à Banda Aceh, après le passage du tsunami. James Leach reste sur place pour coordonner les prochains vols de secours d’urgence.

Le bureau ACS de Londres a continué de transporter des passagers et d’affréter des avions cargo ; ACS a également mis en place des vols supplémentaires depuis la Scandinavie et des vols organisés par les bureaux espagnols et américains de la société sont actuellement en cours.

  • RESPONSABLES DE CLIENTÈLE DÉDIÉS
  • SANS ENGAGEMENT
  • 25 ANS D’EXPÉRIENCE
  • DISPONIBLES 24H/24, 7J/7